La chasse

D'après les notes de Léon Plancouard, jusqu'à la Révolution, le seigneur de la Roche-Guyon avait le droit exclusif de chasse sur toute l'étendue de la forêt d'Arthies, en vertu de la carte promulguée en 1211 par le Roi Philippe-Auguste. Les allemands ayant interdit la chasse en 1940-1944 et la pratiquant eux-mêmes, le gibier était abondant à la fin de la guerre, les lapins de garenne envahissant les cultures avant d'être décimés, ici comme ailleurs, par la myxomatose.


Longtemps présidée depuis la Libération par Paul Truffaut, puis par Jacques Monin, et maintenant présidé par Mr DANET la société de chasse communale compte actuellement huit chasseurs, dont six Maldestoriens ou anciens Maldestoriens. Ils forment un groupe soudé attaché aux traditions et respectueux des directives de leur fédération qui fixe les quotas autorisés. Les équilibres sont ainsi préservés, en particulier pour les chevreuils et les sangliers. Le territoire de chasse s’étend sur des terrains communaux et privés. Nos chasseurs n’entendent pas être confondus avec certains d’autres sociétés qui parfois, nous dit-on, tirent en lisière du village. Ils ont l’habitude de terminer la saison par un repas festif en pleine nature.

 

La chasse n'est ouverte que le dimanche, le territoire est balisé lors de la chasse de gros gibiers